La création de site web est un investissement important

Création de site web : une stratégie indispensable pour réaliser un site web utile et efficace pour votre développement commercial.

Quelle que soit la taille de votre entreprise, la création de site web va représenter un investissement important en termes de temps et d’argent (et souvent, plus votre entreprise est importante, plus la création du site web représente un coût important). Mieux vaut donc mettre toutes les chances de son côté pour réussir à créer un site web qui soit un véritable outil de communication et de développement commercial de l’entreprise. La création de votre site web doit s’inscrire dans une véritable stratégie digitale, qui lui permettra de faire vivre une expérience agréable à ses utilisateurs et qui vous permettra de rendre votre entreprise et ses produits ou services encore plus visibles et plus attrayants.

Nous pouvons résumer ces 3 points qui vont suivre en une seule phrase : “pas de création de site web sans stratégie digitale”.

 

1/ Pas de création de site web sans penser SEO

 
 

creation-de-site-web-1

 

Incontournable aujourd’hui, la stratégie SEO fait intégralement partie de toute stratégie digitale et de toute réflexion inhérente à la création de site web. Créer un site web c’est bien mais faire en sorte qu’il soit visible c’est mieux ! Elaborer une stratégie SEO vous permet de vous poser les bonnes questions : que recherchent mes clients sur internet ?, quelles questions se posent-ils et quelles réponses puis-je leur apporter ? Ce questionnement est stratégique autant pour la création d’un site web corporate que pour un site de e-commerce. Prenons l’exemple de la création de site web e-commerce : si je vends de la vaisselle avec un style montagnard, je vais imaginer comment mes clients vont rechercher ce type de vaisselle sur internet, je vais essayer de déterminer quels sont les termes employés lors de leurs recherches : recherchent-ils de la « vaisselle », de la « vaisselle pour les chalets », de la “vaisselle style montagnard » ou recherche-tils plutôt des « assiettes rouges et blanches » ? Pour vous aider dans cette analyse, le meilleur moyen est d’une part d’analyser les stratégies mises en œuvre par vos concurrents (sur quels mots clés ils se placent), et d’autre part d’utiliser l’indispensable outil de Google Adwords qui vous indique le nombre de requêtes mensuelles pour chacun de ces mots clés. En recoupant le nombre de recherches et le niveau de concurrence sur ces termes de recherches, vous pouvez déterminer votre stratégie SEO en amont de la création de votre site web (il vaut parfois mieux être très bien placés sur des termes moins recherchés, que moyennement placés sur les termes les plus recherchés.) Sachez également que les requêtes saisies par les internautes ne contiennent que rarement 1 seul mot. Nous n’allons pas détailler ici comment élaborer une stratégie SEO dans les détails, mais sachez qu’il s’agit d’un point crucial que vous ne pouvez pas négliger et que vous devez impérativement mettre en place avec votre prestataire de création de site web (la stratégie SEO déterminera entre autre l’arborescence de votre site).
 

2/ Pas de création de site web sans penser « expérience client »

 

creation-site-web-grenoble

 

Lors de la création de site web (ou de sa refonte), vous devez absolument vous mettre à la place de l’utilisateur. Le travail sur la stratégie SEO vous aura déjà permis de vous poser un certain nombre de questions. Maintenant vous devez vous demander par quels moyens vous allez pouvoir simplifier la vie de vos clients. La simplification doit être le maître mot dans la création de votre site web : la navigation doit être aisée, fluide, le visiteur doit trouver ce qu’il recherche en 1 ou 2 clics, vous devez lui simplifier la vie. Et simplifier la vie de vos clients veut parfois dire également devancer leurs attentes, leur donner envie, les inspirer. Si votre entreprise est une entreprise de services B to B, demandez-vous ce que recherchent vos clients (ou vos prospects) sur votre site : cherchent-ils à connaître l’étendue de vos services, les missions que vous avez déjà menées à bien et pour quels clients ? Oui, bien sûr, vos clients ou les prospects qui souhaitent en savoir plus sur vous recherchent ces informations. Toutefois, l’intérêt de la création d’un site web va bien au delà. En effet, l’idéal est d’amener des personnes potentiellement intéressées par vos services, mais que vous ne connaissez pas et n’avez pas encore identifiées , à visiter votre site web. Dans ce cas, vous devrez vous poser la question de savoir « quels types d’informations puis-je proposer à ces personnes pour les attirer vers mon site web ? ». Vous l’avez compris, nous parlons maintenant de « marketing de contenus » parce qu’aujourd’hui un site web n’est plus une simple vitrine. La création d’un site web doit répondre aux attentes de vos cibles, votre site doit proposer des réponses à leurs questions et des informations utiles. Si vous être une entreprise de conseil en marketing digital, vous pourrez par exemple rédiger des fiches pratiques sur « les stratégies digitales » ou « la création de site web » (!) afin d’apporter des informations utiles à votre cible et démontrer votre expertise 🙂 . Un site web qui propose des contenus utiles aura toujours plus d’impact, de visites et d’intérêt qu’un simple site « vitrine ».

 

3/ Pas de création de site web sans interconnexions

 

La création de votre site web approche, les phases préliminaires s’enchaînent, vous savez maintenant exactement ce que vous allez mettre dans votre site web. Vous avez compris que les contenus sont importants, que la stratégie SEO vous permet de rendre visibles ces contenus, mais cela ne suffit plus. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui indissociables de toute stratégie digitale et donc de toute création de site web : ils vont représenter une formidable porte d’entrée vers votre site. Les réseaux sociaux permettent à vos contenus d’être visibles et accessibles au delà de votre site web. Selon votre activité, vous privilégierez certains réseaux sociaux plébiscités par vos cibles : une entreprise B to B communique plutôt sur Linkedin (et Twitter), un site e-commerce B to C privilégie sans aucun doute Facebook, Instagram et Pinterest. Quoi qu’il en soit, votre site web doit s’inscrire dans une réelle stratégie digitale au sein de laquelle les réseaux sociaux représentent un réel intérêt : vous pouvez diffuser vos contenus sur ces réseaux pour les « pousser » vers vos prospects et vos visiteurs ont la possibilité, à leur tour, de partager vos contenus pour en faire profiter leurs propres réseaux et leurs propres audiences.

 

Vous l’avez compris, la création d’un site web n’est pas à prendre à la légère. Si vous souhaitez en faire un réel outil de développement pour votre entreprise, vous devez vous poser les bonnes questions et mettre en oeuvre les stratégies qui en découlent. La création de votre site web n’est qu’un élément de votre stratégie digitale, il doit être en interconnexion avec les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et tout « l’univers » digital.

 


Si vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise, d’une institution vous vous êtes certainement déjà posé la question : dois-je externaliser le community management ? Vous savez que vous devez être présent sur Facebook, Linkedin, Twitter, mais comment gérer cette présence au quotidien ?

 

Vous aimerez aussi :

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Vidéos virales d’Isère Toursime

Le 5 octobre 2015, notre client Isère Tourisme diffusait le premier épisode de la série de 5 vidéos virales imaginées et réalisées par l’agence JOUR J pour promouvoir le dispositif “Skiez en décalé”. Depuis sa mise en ligne, cette première vidéo a conquis de manière “naturelle” plus de 15 000 internautes (toutes plateformes confondues : Facebook/YouTube/Vimeo…), cela sans exercer d’actions Push particulières, ni engager le moindre centime en publicité.

Pour le plaisir, nous vous invitons à visionner cette première vidéo.

Et ce n’est q’un début, la vidéo virale continue son œuvre  !

Le deuxième épisode de cette série de vidéos virales est parti pour faire largement mieux ! Mise en ligne le 2 novembre 2015, la vidéo atteignait déjà quasiment 5000 vues uniquement sur la page Facebook “Skiez en décalé” le 4 novembre, soit seulement 2 jours après sa diffusion, et toujours sans aucunes actions Push ni aucunes publicités payantes. Les conclusions sont claires et nettes. La vidéo est LE média idéal pour s’emparer de la toile, inciter aux partages, séduire les internautes et jouer à fond la carte de la viralité. Et ça continue… À l’instant où nous rédigeons cet article , à l’instant où vous le lisez, les compteurs continuent à tourner et à engranger de nouvelles vues pour le bonheur d’Isère Tourisme et de son dispositif “Skiez en décalé”.

Voici le deuxième épisode en ligne depuis le 2 novembre 2015.

Pour en savoir plus sur les vidéos “Skiez en décalé” d’Isère Tourisme tournée par l’agence digitale et de création de contenus JOUR J, relisez notre article sur le tournage de la saison 2


Si vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise, d’une institution vous vous êtes certainement déjà posé la question : dois-je externaliser le community management ? Vous savez que vous devez être présent sur Facebook, Linkedin, Twitter, mais comment gérer cette présence au quotidien ?

 

Vous aimerez aussi :

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Picture marketing

Le picture marketing est en passe de devenir l’un des modèles dominants en matière de marketing et de conquête client. Ce qu’on appelle désormais le Picture Marketing ou marketing par les images prend de plus en plus d’ampleur dans les stratégies de contenus aussi bien chez les marques de grande consommation qu’auprès de PME qui voient en cette manière de procéder, l’occasion de tirer leur épingle du jeu et d’acquérir plus de visibilité. Même si le pouvoir d’attraction et de séduction des images n’est ni nouveau, ni une découverte, avec le tout digital et la suprématie des réseaux sociaux,  les stratégies par l’image représentent le dispositif idéal pour, en quelques secondes seulement, capter l’attention, susciter ou non une adhésion et surtout, déclencher l’occasion d’une première relation avec chaque internaute. « Une image vaut mieux que 1000 mots » dixit Confucius, cela se vérifie auprès de nos contemporains qui, bien que connectés en permanence et attentifs au fil incessant des publications digitales, disposent de moins en moins de temps à consacrer à une information en particulier, sauf si celle-ci est facile à appréhender. Là est tout l’enjeu, être en mesure de saisir et gagner le regard des internautes par l’image, pour dans un second temps, leur proposer d’aller plus loin et de s’engager à vos côtés.

Coller au rythme des réseaux sociaux et inciter à l’engagement

Tout le monde est connecté, c’est un fait. Sites, blogs, web TV, Facebook, Instagram, Pinterest, Twitter, les publics sont abreuvés d’informations ayant une durée de vie de plus en plus courte. Ce flot de données est capté par bribes par l’œil scruteur de l’internaute qui parvient toutefois à marquer une pause dans ce flux et à faire part de ses préférences en repérant les signes qui l’intéressent. Avec le Picture Marketing, les internautes cernent rapidement et par l’image, les messages, les univers, les produits. Le « chemin » à parcourir pour réaliser des ventes se raccourcit pour le bonheur des marques.  Cliquer sur « J’aime » est devenu un réflexe pour beaucoup, épingler une image sur Pinterest ou aimer un visuel sur Instagram sont désormais des gestes quasi intuitifs, instantanés, ne nécessitant pas une profonde réflexion mais faisant de plus en plus appel à l’affectif.

Faciliter les partages et bâtir une relation consommateur durable

Au-delà de la captation et de l’engagement des clients, le Picture marketing est un outil remarquable pour favoriser les partages et ainsi toucher les audiences des internautes ayant décidé d’accorder leurs faveurs à telle ou telle image. Par ce mécanisme, chaque marque développe son e-réputation au fil des partages et installe, brique après brique, une relation privilégiée avec chaque fan en lui faisant prendre part à son histoire et en l’incitant à devenir actif à son tour et à s’engager encore davantage. Ce mode participatif permet de considérer chaque fan et ainsi de pérenniser son adhésion et sa capacité à jouer le rôle de relais auprès de sa propre audience, pour, à terme, augmenter les taux de transformation.

Vous et le picture marketing

Chacun, à son niveau, à l’instant « T » de l’histoire de sa marque, doit prêter attention à cette nouvelle manière de communiquer par l’image. Les grandes marques, pionnières en la matière, ont su développer une communication uniquement en s’appuyant sur la force de leurs visuels et en retirent désormais des bénéfices en terme d’image, de notoriété et de chiffre d’affaires. Pour celles qui en sont au stade le plus avancé du dispositif, elles peuvent se permettre de diffuser des messages sans mettre leur logo tellement les signes de reconnaissance et la patte de leurs visuels sont identifiés et reconnus par les consommateurs. Aujourd’hui, l’occasion est donnée à tous les marketers, qu’il s’agisse de promouvoir des produits ou des services, de réaliser un travail créatif en matière de création de contenus visuels pour proposer un univers original, unique, différenciant, attractif avec un ton et une ligne esthétique en adéquation avec l’ADN de sa marque.


Si vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise, d’une institution vous vous êtes certainement déjà posé la question : dois-je externaliser le community management ? Vous savez que vous devez être présent sur Facebook, Linkedin, Twitter, mais comment gérer cette présence au quotidien ?

 

Vous aimerez aussi :

 

Isère Tourisme renouvelle sa collaboration avec JOUR J pour la création de vidéos virales pour le tourisme afin de promouvoir le Ski en décalé en Isère !

Découvrez au fil de la saison les nouvelles vidéos virales pour le tourisme en Isère créées par JOUR J.

Dans la Saison 2 de la saga “Skiez en décalé en Isère”,  nous découvrons tous les avantages dont peut profiter le vacancier qui choisit de partir au ski en décalé. Dans ce premier épisode, Mika arrive à l’hôtel, c’est le début des vacances et déjà il profite des avantages du ski en décalé. Cette Saison 2 est axée sur les bénéfices réels du ski en décalé, chacune des vidéos en traduit un avantage : traitement VIP à l’arrivée à l’hôtel, comme chez soi sur le télésiège, pas de cohue autour des transats pour bronzer etc.

Le cocktail gagnant des vidéos virales pour le tourisme : de l’humour, du soleil et de la neige… tout ce qu’il faut pour faire rêver et déclencher l’envie de venir skier en décalé en Isère !

Cette Saison 2, tournée à l’Alpe d’Huez avec la collaboration de Mickael Bieche, met en avant le bonheur du ski en décalé. La communication est axée sur 2 éléments essentiels : le rêve et l’humour. D’une part les vidéos font rêver en proposant des situations propices à la détente dans des décors sublimes (pistes enneigées et ensoleillées, transats de repos avec une vue magnifique…), et d’autre part les scénarios sont basés sur des situations humoristiques afin que la vidéo se partage. En effet, en réalisant des vidéos touristiques humoristiques, les stations de l’Isère attirent la sympathie de leurs clients et prospects et  favorisent la diffusion de leur film promotionnel. L’humour dans une vidéo de promotion touristique est un excellent vecteur de communication, et le format court (30 secondes) des vidéos de la saga en font des supports très faciles à partager : un internaute qui aura apprécié la vidéo la partagera avec l’ensemble de son réseau sur Facebook, YouTube etc.

tournage videos virales pour le tourisme

Photo du tournage

tournage videos virales pour le tourisme

tournage à l’Alpe d’Huez

Les vidéos virales pour le tourisme : promouvoir un territoire et influencer les comportements.

Les 5 vidéos de la Saison 2 de la saga “Skiez en décalé” seront diffusées sur Facebook et Youtube de façon régulière et en amont de la saison (à partir de début octobre 2015) car l’idée est bien de donner envie et donc de susciter l’achat -la réservation- d’un séjour de vacances dans les stations de ski de l’Isère (et en décalé* !).

* La promotion du ski en décalé vise à favoriser la vente de courts séjours et séjours décalés pendant la saison de ski, même pendant les vacances scolaires : longs week-end ou séjours du jeudi au jeudi par exemple. Ce dispositif permet d’éviter les situations de bloquage comme l’Isère et la Savoie en ont déjà connu avec des bouchons de plusieurs kilomètres et des véhicules bloqués. Il permet de répartir la circulation sur différents jours d’arrivée des vacanciers permet de désengorger l’accès aux stations de ski pendant la saison. Isère Tourisme promeut ses offres de ski en décalé sur le site www.skiez-en-decale.com et sur Facebook grâce aux vidéos virales pour le tourisme que JOUR J réalise.

Découvrez également les coulisses du tournage de la Saison 2 de la saga “Skiez en décalé” avec toute l’équipe de tournage à l’Alpe d’Huez au mois d’avril 2015 dans cette vidéo.

MERCI à tous nos partenaires pour leur accueil et leur soutien lors des tournages de cette Saison 2 : la station Alpe d’Huez, l’Hôtel Royal Ours Blanc, La Folie douce et la SATA.


Si vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise, d’une institution et vous aimeriez créer des vidéos virales ? Rencontrons-nous !

 

Vous aimerez aussi :

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

L’équipe de JOUR J vous a préparé une “infographie réseaux sociaux” qui résume les points clés des principaux réseaux sociaux : nombre de membres, cible, chiffres clés, médias privilégiés (photo, vidéo, lien, texte selon le réseaux), les “plus” et les “moins”, et comment les utiliser.

réseaux sociaux

Pour compléter cette infographie réseaux sociaux, découvrez nos conseils pour une stratégie social media efficace dans l’article “les 3 points cles d’une stratégie social media efficace”.

Détails de l’infographie réseaux sociaux :

Données Facebook dans l’infographie réseaux sociaux : dialogue et communauté

– 28 millions d’utilisateurs Facebook

– 65 % des utilisateurs Facebook ont moins de 35 ans

– 83% des 18-29 ans utilisent Facebook

Les médias  : Texte, image, liens et vidéos (avec une plus forte viralité des vidéos)

Les “plus” : facilité d’utilisation, viralité et gestion des communautés.

Les “moins” : baisse du reach (déliverabilité naturelle), coût (obligation d’avoir un budget publicitaire)

Facebook est utile pour : créer, gérer et animer une communauté, dialoguer et fédéliser.

Données Twitter dans l’infographie réseaux sociaux : dialogue et visibilité

– 2,3 millions d’utilisateurs en France

Les médias Twitter : Tweet de 140 caractères, vidéo de 30 seconde et liens.

Les “plus” Twitter : instantanéité, utilisation des hashtags et le partage (rapide)

Les “moins” Twitter : la longueur des textes limitée à 140 caractères, la durée de la vidéo limitée à 30 secondes, un média plutôt B to B (actus et médias)

Twitter  est utile pour : augmenter sa visibilité

Données Youtube dans l’infographie réseaux sociaux : diffusion et visibilité

– 22 millions d’utilisateurs Youtube en France

– Tout le monde utilise Youtube !

– possibilité de créer sa propre chaîne et diffuser des directs

Le média : la vidéo

Les “plus” Youtube : la puissance du moteur de recherche et l’outil pour créer des campagnes publicitaires

Les “moins” Youtube : omniprésence de la publicité (future arrivée d’un abonnement payant permettant d’éviter la pub)

Youtube est utile pour : diffuser des contenus vidéos simplement, fédérer des abonnées et mener des campagnes virales.

Données Instagram dans l’infographie réseaux sociaux : notoriété et visibilité

– 70% des utilisateurs Instagram se connectent au moins une fois par jour

– 80 % des utilisateurs ont entre 18 et 35 ans

– possibilité de faire de la pub sur Instagram depuis le mois de mars 2015

Les médias : Les photos, la vidéo (+ les commentaires et les hashtags)

Les “plus ” d’Instagram : idéal pour travailler sa notoriété et gagner en visibilité

Les “moins” d’Instagram : l’echange se fait uniquement par le biais des commentaires.

Instagram est utile pour : améliorer sa notoriété et partager des contenus visuels. Possibilité de s’appuyer sur des influenceurs bénéficiant d’une importante communauté.

Données Pinterest dans l’infographie réseaux sociaux : notoriété et visibilité

– 14 millions d’épingles par jour (Pin)

– média féminin : 65 à 80% des utilisateurs Pinterest sont des femmes

– 50 milliards d’épingles sur plus d’un milliard de tableaux dans le monde.

Média Pinterest : la photo

Les “plus” Pinterest : la forte viralité des images, bon canal pour créer une communauté

Les “moins” Pinterest : priorité aux publications (plutôt qu’aux échanges).

#Pinterest est utile pour : toucher les internautes et mobinautes féminines, créer et fidéliser une communauté.Click to Tweet

Vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise ou d’une institution ? Vous avez des besoins en matière de communication digitale et print ? Rencontrons-nous !

Vous aimerez aussi :

Une bonne stratégie social media se résume en trois points essentiels : la définition d’objectifs (marketing ou de communication), une très bonne connaissance de ses cibles, un choix pertinent du ou des réseaux sociaux à utiliser.

 

1 – Stratégie social media : bien définir ses objectifs.

Les réseaux sociaux sont devenus incontournables pour les entreprises, toutes doivent adopter une stratégie social media. Mais attention, s’il est admis qu’ils sont essentiels à toute stratégie marketing, la stratégie social media ne doit pas être prise à la légère. Sa mise en place est très chronophage, il est donc primordial de bien réfléchir en amont afin de ne pas perdre son temps, et donc son argent.

Pour beaucoup, définir des objectifs avant de démarrer toute stratégie est une évidence. Evidemment, on ne se lance pas à la conquête d’un marché, de clients ou de la sympathie de ses clients sans savoir pourquoi on le fait ! Oui mais attention, pour être pertinents, les objectifs de votre stratégie social media doivent être : réalistes, précis, quantifiables et datés.

  • réalistes  : si votre entreprise produit une boisson gazeuse rafraîchissante peu connue et que votre objectif est de devenir le N°1 mondial des boissons gazeuses, l’objectif risque d’être très difficile à atteindre !
  • précis : « faire connaître ma marque de boisson gazeuse » n’est pas un objectif assez précis. Préférez plutôt : « développer la notoriété de ma marque de boisson gazeuse auprès des 14-18 ans, qui pratiquent au moins un sport (car ma boisson est énergisante et très peu sucrée) »
  • quantifiables : « je souhaite augmenter de 50% les visites sur mon site web de boisson gazeuse »
  • datés : les objectifs quantifiés peuvent donner lieu à des « sous-objectifs » datés qui feront lieu d’étapes intermédiaires. Si votre objectif d’augmentation de la fréquentation de 50% est à 18 mois, vous pouvez prévoir d’atteindre +20% en 6 mois, +40% en 12 mois pour atteindre +50% au bout de 18 mois.

Si votre (ou vos) objectif ne répond pas à ces 3 critères, vous devez retravailler à sa définition. Déterminer vos objectifs vous permettra de vous orienter vers les bons réseaux sociaux et avoir une stratégie social media efficace.

2- Etablir un portrait-type de vos cibles, la 2eme étape clé de votre stratégie social media.

Pour bien communiquer avec vos cibles, vous devez les connaître parfaitement ; et en les connaissant bien, vous saurez où les trouver !

cible social mediaVoici quelques questions que vous devez vous poser pour faire ce travail de portrait (notamment pour une communication B to C). Ces critères sont à ajuster selon votre marché :

  • quel est l’âge de ma cible principale, est-ce un homme/une femme..
  • où vit-elle (pays, citadine/urbaine, maison/appartement)
  • quel est son style de vie (vient-elle d’un milieu favorisé, est-elle mobile..)
  • Et, point très important : quels sont ses centres d’intérêts, ses attentes, ce qu’elle aime, ce qu’elle recherche…

Dans le cas de notre entreprise productrice de boisson gazeuse son portrait type serait :

  • des jeunes de 14-18 ans, plutôt du sexe féminin (peu de sucre), plutôt urbains et très mobiles. C’est une cible qui aime l’activité et les rencontres. De part son âge, elle est très présente sur les médias sociaux et très sensible à l’image. Elle est aussi pressée et consomme beaucoup de web, souvent mais rapidement (elle ne va pas dévorer de longs textes) et plutôt sur son mobile.

Nous pouvons déjà constater que ce portrait rapide de quelques lignes nous donne déjà beaucoup d’informations pour orienter la stratégie social media (votre portrait pourra être beaucoup plus détaillé, vous pouvez également définir des cibles secondaires).

3- Stratégie social media : choisir avant tout le bon média !

Nous arrivons donc au point crucial de toute stratégie social media : le choix du bon réseau social. Maintenant que vous avez défini votre (ou vos ) objectif et que vous avez réussi à caractériser vos cibles social media, il n’y a rien de plus simple !

Pour vous aider, voici en quelques lignes les caractéristiques des 5 principaux médias sociaux (orientés B to C),  parmi lesquels vous devrez faire votre choix : (pour obtenir des informations plus détaillées, consultez notre article «réseaux sociaux : bien les connaître pour faire le bon choix ».)

– Facebook : le social media le plus utilisé au monde.Utilisateurs_Facebook

28 millions d’utilisateurs en France

  • Utilisateurs :

Particuliers, professionnels, institutions publiques etc. (tout le monde)

Presque autant d’hommes que de femmes (55% femmes, 45% hommes)

  • Types de contenus :

Texte, photos, vidéos, liens (les vidéos et les photos offrent une meilleure visibilité et viralité au post)

  • Les + :

Facilité d’utilisation, statistiques détaillées, pouvoir de viralité important et bon outil de gestion de communautés.

  • Les – :

Baisse du reach (nombre de fans touchés par un post) et obligation de sponsoriser ses publications pour être vraiment visible (seuls 10% des posts sont diffusés aux « fans » ou « amis » et, moins un utilisateur va consulter une page, moins les posts de celle-ci vont s’afficher dans son fil d’actualité).

– Twitter : 2,3 millions d’utilisateurs en Francepicto_Twitter

  • Utilisateurs :

Tout public. Beaucoup de lecteurs mais assez peu de personnes publient (ce sont surtout des professionnels, journalistes/medias, célébrités, institutions, ados etc.)

Presque autant d’hommes que de femmes (59% femmes, 41% hommes)

  • Types de contenus :

Tweet de 140 caractères, photos, vidéos de 30 secondes, liens

  • Les + :

Facilité d’utilisation, importance des hashtags, partage instantané : Twitter est un bon moyen pour partager du contenu présent sur un site ou un blog (sous forme de lien la plupart du temps).

  • Les – :

La longueur du message qui est limitée à 140 caractères. Twitter est plutôt une plateforme de dialogue ou une porte d’entrée vers un site ou un blog.

– Instagram : l’application qui monte !picto_Instagram

46% des utilisateurs suivent des marques

70% des membres français se connectent à Instagram au moins une fois par jour

  • Utilisateurs :

Plutôt jeunes (80% des utilisateurs ont entre 18 et 35 ans)

  • Types de contenus :

Photos et vidéos qui peuvent être retouchés grâce à de nombreux filtres qui rendent toutes les images plus belles les unes que les autres. Des applications complémentaires sont également très intéressantes telles que Hyperlapse (pour créer des vidéos stabilisées et accélérées) et Layout (qui permet de faire un montage de plusieurs photos).

  • Les + :

Instagram est un très bon outil pour travailler sur la notoriété et gagner en visibilité d’autant plus depuis l’arrivée de la publicité début mars 2015.

  • Les – :

Post d’images (ou vidéos) uniquement. L’échange se fait essentiellement par le biais des commentaires.

– Youtube : 22 millions d’utilisateurs en Francepicto_Youtube

  • Utilisateurs :

Tout le monde utilise Youtube ! (plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde)

  • Types de contenus :

Vidéos exclusivement.

  • Les + :

Youtube est très facile d’utilisation et pour l’instant totalement gratuit. Tous types de vidéos peuvent être mis en ligne (ce qui n’est pas toujours un atout !). Le moteur de recherche est très puissant et l’outil de publicité est très intéressant et propose des statistiques très détaillées. Possibilité de créer une chaîne à sa marque et d’avoir des abonnés, possibilité de diffuser des « directs » également. Les vidéos Youtube sont également très bien référencées par Google (Google étant propriétaire de Youtube).

  • Les – :

Le gros inconvénient de Youtube est la publicité omniprésente sur les contenus consultés. Youtube serait en train de mettre en place une offre payante (sur abonnement) qui permettrait d’accéder aux contenus sans publicité.

– Pinterest : 50 milliards d’épingles sur plus d’un milliard de tableauxpicto_Pinterest

Plus de 14 millions d’articles sont épinglés chaque jour sur Pinterest

2/3 des contenus épinglés sont Pinterest proviennent de sites web d’entreprises

  • Utilisateurs :

Pinterest est un média principalement féminin (65 à 80% des utilisateurs sont des femmes)

80% du trafic se fait sur mobile

  • Types de contenus :

Photos.

  • Les + :

Forte viralité des contenus, très bon moyen de créer une communauté.

  • Les – :

Pinterest privilégie la publication plutôt que l’échange.

Note : Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive puisqu’il existe une multitude d’autres réseaux et que de nouveaux  médias sociaux voient le jour régulièrement. Nous n’évoquons pas non plus les médias sociaux orientés B to B (tels que Linkedin, Viadeo, Google+, Amplement ou Slideshare).

Il ne vous reste donc plus qu’à compiler vos objectifs, les attributs de vos cibles et les particularités de chaque media social pour orienter votre stratégie social média !

Par exemple, si nous reprenons notre exemple de producteur de boisson gazeuse qui souhaite développer sa notoriété auprès des jeunes de 14 à 18 ans, nous pourrons l’orienter vers des réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram et Youtube. Reste à voir ensuite quels types de contenus cet annonceur est en mesure de créer pour sa communication social media (ou de faire créer) et quelle est sa stratégie de communication globale (son message, son histoire, sa culture et l’image qu’il souhaite transmettre). La clé est d’avoir une très bonne connaissance de ses cibles et de leurs attentes. Plus son portrait sera précis et plus le message sera précis et ciblé, il pourra correspondre totalement à leurs besoins et à leurs souhaits : la cible viendra naturellement au message et se chargera de le partager auprès de son propre réseau (viralité social media).

Mais nous abordons là toute la question des contenus et de leur diffusion qui fera l’objet d’un prochain article sur notre blog !


Vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise ou d’une institution ? Vous avez des besoins en matière de communication digitale et print ? Rencontrons-nous !

 

Vous aimerez aussi :

 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

 

Comment positionner son entreprise grâce à une stratégie de communication digitale.

C’est un fait ! La communication digitale et mobile est en marche et avance à la vitesse grand V. Il apparaît aujourd’hui déconnecté de se demander si il est nécessaire d’en devenir l’un des acteurs. Désormais, la bonne question à se poser est de savoir comment positionner son entreprise dans cet environnement digital pour la rendre plus visible, plus lisible, plus connue, plus recommandée et plus performante. Dans ce contexte en perpétuelle évolution, l’enjeu n’est plus seulement d’être présent de manière passive dans le monde digital mais réellement de mettre en œuvre une véritable stratégie de communication digitale agile.

Rompre les habitudes, oser modifier les dispositifs installés et amorcer sa stratégie de communication digitale

Nombre de sociétés reconduisent chaque année les mêmes dispositifs et actions de communication : publier son rapport d’activité annuel, concevoir et diffuser différentes plaquettes d’information, déployer une campagne dans la presse ou encore participer à un salon… Toutes ces actions sont, pour certaines, reconduites car elles font partie des habitudes et qu’elles ont « toujours existé ». Dans un double objectif de rationaliser les budgets de communication et de capter de nouveaux relais de croissance, il est plus qu’utile d’oser remettre en cause certains de ses usages pour s’orienter vers une stratégie qui intègre la communication digitale. Plusieurs facteurs humains expliquent la difficulté de sortir de schémas établis comme par exemple la facilité d’éxécuter chaque année les mêmes travaux ou encore la peur d’aborder un monde que l’on maîtrise moins. Changer les habitudes demande un certain courage et un solide accompagnement des équipes dans cette volonté d’évoluer mais cette attitude est essentielle pour la pérennité de chaque entreprise.

La définition de base de la communication est toujours très simple : mettre en relation un émetteur avec un récepteur par le biais de messages envoyés par différents canaux de diffusion. Aujourd’hui, il faut prendre conscience qu’en quelques années seulement, les récepteurs (vos clients) ont fortement changé leurs habitudes d’accès aux données et à l’information et qu’ils ne sont plus sensibles aux mêmes types de messages. Quant aux moyens de diffusion, la montée en puissance et l’importante progression des canaux digitaux et mobiles relève du simple constat. La mise en place d’une stratégie de communication digitale s’impose d’elle-même.

Au delà des actions de communication, une stratégie de communication digitale doit être abordée de manière globale par une entreprise et chaque collaborateur doit y prendre part. Pour ne citer que ces deux exemples, l’avènement du télétravail et du travail collaboratif et l’accès à un nombre incalculable de ressources opérationnelles en ligne (encore faut il être en mesure de les identifier) entraînent de profondes mutations dans les organisations internes et génèrent de nombreux bénéfices en matière de gain de temps, de bien-être pour les équipes et d’économie budgétaire.

Prendre part au digital en effectuant un travail de fond inscrit sur le long terme

À l’heure où un tweet (un message), d’un simple clic et par la puissance des retweets, fait le tour de la planète en quelques minutes et où une page Facebook est en mesure de fédérer une audience d’adhésion et de bâtir un lien privilégié avec ses fans sans commune mesure, le choix d’utiliser ces canaux doit, pour parvenir à des résultats positifs, s’appuyer sur une stratégie de fond, une stratégie de contenus et une vigilance de tous les instants. En effet, créer une page et être sur Facebook ou un autre réseau est à la portée de tout le monde. Bien entendu, cela ne suffit pas. Devenir performant sur les réseaux sociaux est un travail quotidien et de longue haleine. Pour cela, il est nécessaire de produire des contenus attractifs et cohérents pour inciter les internautes à vous suivre, d’animer et de répondre en temps réel aux questions de votre communauté, de participer à des groupes avec des prises de paroles étudiées afin de vous rendre désirable et de remporter de nouvelles adhésions qui deviennent autant d’ambassadeurs et de relais de votre marque. Une fois atteint le stade d’une audience confortable et en confiance, de nouvelles actions peuvent alors être déployées pour transformer ce public en clients.

Communication digitale : tout reste à faire…

Pour terminer, voici deux chiffres qui démontrent qu’il est temps de se mettre à jour :

– Seulement 7,7 % des sites web français ont une version mobile alors que 55% des français se connectent à internet via leur mobile.
– Seulement 23 % des entreprises françaises ont une page Facebook alors que Facebook en France, ce sont 26 millions d’utilisateurs actifs mensuels dont17 millions qui y accèdent via un mobile. Chaque membre possède en moyenne 177 amis Facebook, 1,8 milliard de likes sont ajoutés chaque mois, 1 million de vidéos sont partagées, 187 millions de photos et 103 millions de statuts sont publiés et 734 millions de messages sont envoyés. En moyenne, les utilisateurs français passent 5h18 sur Facebook chaque mois.

Et vous, où en êtes-vous de votre stratégie de communication digitale ?


 

Vous êtes dirigeant, directeur ou directrice de la communication et marketing d’une entreprise ou d’une institution ? Vous avez des besoins en matière de communication digitale et print ? Rencontrons-nous !

 

Vous aimerez aussi :